Jean-François Lapointe

Publié le par jmw


Jean-François Lapointe interprète la mort de Valentin,µ
du Faust de Charles Gounod (Corégies d'Orange).



Jean-François Lapointe est un baryton québécois ayant étudié le chant à l'Université Laval avec Louise André, puis en leçons privées avec Martial Singher en Californie.


Il est reconnu pour ses interprétations du répertoire français, particulièrement le rôle de Pelléas dans Pelléas et Mélisande de Claude Debussy, qu'il a notamment chanté à la Canadian Opera Company, à La Scala de Milan et au Théâtre des Champs-Élysées à Paris.


Il a été remarqué dans le rôle de Fieramosca, de l’opéra Benvenuto Cellini, de Berlioz, présenté en version concert à Paris en 2004, avec l’Orchestre national de France sous la direction de John Nelson, une prestation disponible sur étiquette Virgin Classics.


Il a également connu beaucoup de succès en interprétant, à Copenhague, à Trieste et à Genève, le rôle-titre de Hamlet, opéra d'Ambroise Thomas. Il s'est par ailleurs illustré dans les rôles de Valentin (celui du Faust de Gounod, qu'il a chanté aux Chorégies d'Orange à l'été 2008), de Mercutio (Roméo et Juliette, de Gounod) et d'Albert, dans le Werther, de Massenet, qu’il a chanté en décembre 2007 au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, dans une mise en scène de Guy Joosten. Il a d'autre part effectué ses débuts dans le rôle d'Escamillo (Carmen, de Bizet) en mai 2008, à l'Opéra de Lausanne, rôle qu'il a chanté lors d'une tournée de cette production au Japon à l'automne 2008 et qu'il reprendra, toujours au Japon mais dans une autre production, en juin et juillet 2009.


S'il est très recherché pour les grands rôles du répertoire, Jean-François Lapointe n'hésite pas à s'investir dans des œuvres moins connues. Il a ainsi participé à la création française du Candide de Bernstein (dans le rôle-titre), ainsi qu'à la re-création de Mârouf, savetier du Caire à l'Opéra de Marseille (toujours dans le rôle-titre). On a également pu l'entendre dans le rôle du Duc de Rothsay, de La Jolie Fille de Perth de Bizet, au Théâtre Impérial de Compiègne. Un enregistrement vidéo et discographique en témoigne.

En 2006, il enregistrait sous étiquette Analekta, avec la pianiste Louise-Andrée Baril, deux disques consacrés à la mélodie française. Le premier contient des poèmes de Paul Verlaine mis en musique par Reynaldo Hahn, Gabriel Fauré, Claude Debussy et le Québécois André Mathieu et le second regroupe des mélodies d’Ernest Chausson (le cycle Poème de l’amour et de la mer) et d’Henri Duparc (poèmes de Baudelaire, Leconte de Lisle et autres poètes français).


Sa grande aisance scénique et ses talents de comédien lui valent d'être également très apprécié dans le domaine de l'opérette. C'est ainsi qu'il a été applaudi dans le rôle de Danilo (La Veuve joyeuse) aussi bien à Québec et à Montréal qu'à Marseille ou à Liège. Il a également à son répertoire les rôles de Brissac (personnage des Les Mousquetaires au couvent, chanté au Théâtre du Capitole de Toulouse) et du Vice-Roi du Pérou (dans La Périchole d'Offenbach), pour ne donner que ces deux exemples.


Enfin, si Jean-François Lapointe œuvre surtout dans le répertoire français, il ne néglige pas pour autant le répertoire italien. Il a ainsi chanté les rôles de Figaro (Le Barbier de Séville) à Paris, du Comte Almaviva (Les Noces de Figaro) à Nancy et de Don Giovanni à Trieste.


Parallèlement à sa carrière scénique, Jean-François Lapointe se produit en concert, tant dans le domaine de la mélodie que dans celui de l’oratorio. Il a par exemple donné un concert de mélodies françaises à Montréal avec la pianiste Louise-Andrée Baril, en juin 2008. Quelques mois plus tard au Grand Théâtre de Québec, il chantait Le Poème de l'amour et de la mer avec l'Orchestre symphonique de Québec.


Au cours des dernières années, en plus de s'adonner à la direction d'orchestre, il a assuré la direction artistique de plusieurs projets et offert des Master Classes lyriques en Europe et au Canada.


En 2009, il chante entre autres dans les productions suivantes : Les Pêcheurs de perles (rôle de Zurga), de Bizet, à l'Opéra de Toulon, Béatrice et Bénédict (Claudio), de Berlioz, au Théâtre des Champs-Élysées à Paris, Faust (Valentin) à Palerme, La Dame de Pique (le prince Eletski) de Tchaïkovski, à l'Opéra de Monte-Carlo, et Carmen à Tokyo.

 

Publié dans Biographie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article