Misia

Publié le par jmw

Misia, Émouvante, artiste dans l’âme, mêlant son art à d’autres disciplines comme le théâtre (Isabelle Huppert), la danse (Bill T.Jones) ou le cinéma (Patrice Leconte) : voici Misia, chanteuse de fado hors normes qui, depuis la sortie de Garras Dos Sentidos en 1998, puis avec son passage dans de nombreuses salles prestigieuses du monde entier, s’impose désormais comme une figure essentielle de la scène musicale internationale.

Portugaise, née à Porto d’une mère catalane et d’un père portugais, Misia est issue d’une lignée d’artistes –une grand-mère vedette de music-hall, une mère ballerine– et c’est tout naturellement qu’elle s’engage à son tour dans une carrière de chanteuse, touchant à tout, abordant différents styles comme autant d’expériences passionnantes. Après avoir passé quelques années à Madrid où elle vit de multiples expériences artistiques, elle retourne à Lisbonne où l’envie de chanter le fado s’impose à elle.





Son nom de scène est inspiré par la fameuse Misia Sert, muse de Mallarmé et amie de Proust et Picasso. Elle commence à travailler avec des musiciens, des compositeurs, des paroliers et des poètes pour construire son propre répertoire de ce chant nostalgique et dépouillé, d’une puissance et d’une intensité rares. Si Misia respecte l’orthodoxie de cet art, si profondément indissociable de la culture portugaise, elle sait également le renouveler fondamentalement en y ajoutant de nouveaux instruments comme le violon, l’accordéon ou encore le piano, enrichissant la tradition de nouvelles références littéraires, mettant en musique des poèmes d’auteurs du passé, ou bien écrits spécialement pour elle par des écrivains contemporains tel José Saramago, Prix Nobel de Littérature.

Après Garras dos Sentidos, premier album conceptuel associant le fado traditionnel à la poésie contemporaine, Paixoes Diagonais (1999), savant mélange de fados anciens et actuels, et Ritual (2001), fondamentalement ancré dans la pure tradition fadiste, Canto le nouvel album de Misia est un projet inédit, inspiré par la musique de Carlos Paredes, le plus important compositeur pour la guitare portugaise. Basé sur la rencontre de langages artistiques différents, refusant les influences des modes musicales du moment, Canto propose une musique lumineuse, littéralement des « chants », nourris du talent et de la générosité de poètes comme Vasco Graça Mouras, Sergio Godinho et Pedro Tamen, qui ont écrit des poèmes d’une bouleversante beauté.

Pour habiller cette musique unique, Misia a conservé ses guitaristes et son violoniste de fado, mais, sur une idée de son arrangeur Henri Agnel, elle s’est également entourée du quintette de la Camerata de Bourgogne. De tous ces ingrédients découle un chant instrumental qui n’est plus porté seulement par la guitare portugaise mais aussi par celui d’une voix : la voix immédiatement reconnaissable de Misia, toujours habitée par l’esprit du fado, qui transcende le genre, en faisant rimer spiritualité et profondeur avec l’âme du Portugal.

REPERES

1991 MÍSIA, son premier disque, est édité chez EMI-Valentim de Carvalho.

1993 MÍSIA FADO, à l’origine une édition à compte d’auteur, sort chez BMG-Portugal. L’album sort au Japon, en Corée du Sud et en Espagne.

1995 TANTO MENOS TANTO MAIS sort chez BMG. Album considéré comme un des meilleurs disques de l’année par divers média internationaux, il remporte le Prix de l’Académie Charles Cros en France. C’est le début de la carrière internationale de Misia.

1996 Mísia chante pour la première fois à Paris, à la Maison des cultures du Monde. Rencontre (décisive pour sa carrière) avec les directeurs artistiques du label classique Erato. Grand Prix du Disque de l’Académie Charles Cros, 1996 1997 Signature chez Erato.

1998 GARRAS DOS SENTIDOS sort chez Erato. Ce quatrième disque, distribué dans 62 pays, se vend à plus de 250.000 exemplaires dans le monde. Concerts - événements à Paris (Olympia) et au festival de jazz de Montreux. Première tournée aux Etats-Unis. Portugal : Disque d’Argent Garras dos Sentidos.

1999 PAIXOES DIAGONAIS voit le jour chez Erato. Grande première pour un album venu du Portugal, ces « Passions Diagonales » sont l’objet d’un « spotlight » dans le « Billboard », l’hebdomadaire-phare du music business mondial. Les concerts se succèdent dans les salles les plus prestigieuses : l’Olympia à Paris pour la deuxième fois, Le Town Hall de New York, la Philharmonie de Berlin, Le Cocoon Theater de Tokyo, le Piccolo Teatro de Milan, etc.

2001 RITUAL son 6e disque est édité chez Erato. Il est notamment présenté dans la cour d’honneur du Palais des Papes en Avignon où elle fait la rencontre d’Isabelle Huppert. 2003 Mísia signe avec Warner Jazz France pour le monde. Premier fruit de cette collaboration, CANTO, son 7e album.

2004 Tournée internationale : Allemagne, Chine, Singapour, Portugal et la France bien sûr.

2005 Sortie de « Drama Box » entre fado et pour la première fois, des réminiscences de l’univers de sa mère espagnole, sur d’intemporels Boléros et Tangos. Une tournée internationale suit la sortie de l’album. Représentation des « Septs Péchés Capitaux » (Weill) en Allemagne, sa première rencontre avec un orchestre symphonique d’où fleurira l’envie des « Saudades Symphoniques ».

2008 Sortie de « Lisboarium » chez Universal.

Publié dans Biographie

Commenter cet article